Plan d'action 2016-2017-2018 de FACIL/rapport-2016-2017

De Wiki de FACIL
Aller à : navigation, rechercher

< Plan d'action 2016-2017-2018 de FACIL

Rapport 2016-2017 sur le plan d'action de FACIL[modifier]

Ce rapport couvre la période allant de l'AGA de mai 2016 à l'AGA de mai 2017. (Voir également le rapport annuel sur l'ensemble des activités de FACiL au cours de la même période.)

Objectif 1 : campagne(s) de financement conjointe[modifier]

La première et principale campagne de financement conjointe portera sur les Services FACiLes, projet plus concret que celui envisagé au départ et qui impliquera d'une façon ou d'une autre pratiquement tous les partenaires présents à la rencontre préparatoire tenue le 15 avril 2016 (Club Linux Atomic, Adte, ASBC et OSM Montréal).

En 2016-2017, différents scénarios de financement ont été explorés pour une campagne qui serait lancée vraisemblablement en 2018. Le scénario qui semble le plus prometteur verrait FACiL lancer une campagne de financement participative au moyen d'une plateforme connue (ex.: Goteo, Ulule, Indiegogo, etc.) Comme contreparties offertes par FACiL en échange des contributions de la population, il y aurait des remerciements publics, des adhésions à FACiL, des clés FACiL, des chandails (peut-être nouveaux ?) et surtout des formations aux Services FACiLes. Il y aurait deux types de formations : des formations pour les utilisateurs et les utilisatrices finaux des Services FACiLes et d'autres pour les professionnels de l'informatique (qui pourraient alors décentraliser Internet dans les entreprises et autres organismes). Offrir des formations impliquerait nécessairement de produire du matériel de cours. Ce matériel de cours serait alors publié en ligne sous forme de ressources éducatives libres (REL).

En prévision de cette campagne, un plan de communication a été préparé par Laurie Lalancette, une étudiante en communication de l'Université Laval. Elle a travaillé avec nous dans le cadre de notre collaboration avec Accès Savoirs.

Objectif 2 : participation aux élections et aux consultations publiques[modifier]

FACiL a participé à deux consultations publiques : une sur le renouveau de la politique culturelle québécoise et une autre sur la Stratégie numérique du Québec. Nous avons déposé deux mémoires :

FACiL a participé aux élections partielles du 5 décembre 2016. 18 candidat(e)s ont été contacté par François Pelletier, qui a pris en charge la campagne. Une seule personne, Carl Lévesque, candidat de Québec solidaire dans Marie-Victorin, a signé le Pacte du logiciel libre. Il n'a pas été élu. (Il n'y a pas eu d'élections générales canadiennes, québécoises ou municipales entre mai 2016 et mai 2017, donc rien à déclarer à ce niveau.)

Objectif 3 : Semaine québécoise de l'informatique libre[modifier]

Voir la section «Événements (organisation ou participation)» du rapport annuel 2016-2017 du Comité FACiL Médias pour quelques détails sur la SQIL 2016.

En date du 20 mai 2017, les préparatifs de la SQIL 2017 allaient bon train avec un site web déjà monté, un premier grand partenaire et plusieurs partenaires d'activités confirmés.

Objectif 4 : Projet Services FACIL phase 1[modifier]

Voir la section «Services FACiLes» du rapport annuel 2016-2017 du Comité FACiL TI.

Objectif 5 : Politique du numérique de FACIL[modifier]

Le mémoire sur la politique culturelle (août 2016) et celui sur la stratégie numérique (février 2017) du Québec contiennent des recommandations pouvant être reprises par les partis politiques. Il en va de même de la Déclaration des communs numériques signé par 19 associations, collectifs, entreprises et organismes sans but lucratif (dont FACiL).

Objectif 6 : Rayonnement et engagement[modifier]

Un certain nombre d'actions ont été effectuées dans l'atteinte de cet objectif dans le cadre de notre habituelle campagne annuelle d'adhésion et de financement. Voir à ce sujet la section «Actions réalisées» dans le Bilan de la campagne annuelle de financement de 2016-2017.

Aussi, un ambassadeur de FACiL, Mathieu Gauthier-Pilote, a été actif hors de Montréal, un peu par hasard avouons-le, quand une prof. du Cégep de Matane l'a invité à donner une visioconférence sur le logiciel libre devant des étudiants de sciences humaines et sociales.

Notes[modifier]