Ouvrir le menu principal

Wiki de FACIL β

Comité FACIL Politique/rapport annuel 2018-2019

< Comité FACIL Politique

Rapport annuel des activités du Comité FACIL Politique, pour la période allant de l'AGA du 12 mai 2018 à l'AGA du 25 mai 2019.

Campagne Pacte du logiciel libreModifier

Voir la page «Pacte du logiciel libre - Élections québécoises de 2018» du site principal de FACiL pour un compte rendu.

Coalition «Protégeons notre vie privée»Modifier

OpenMedia, qui en 2013 a initié la formation de cette coalition dont FACiL fait partie, continue de mener plusieurs actions au niveau international[1] et au niveau canadien[2].

Regroupement pour une enquête sur le «bordel informatique»Modifier

Le regroupement n'est plus actif, mais le «bordel informatique» est quant à lui un problème toujours aussi réel et urgent à régler comme le montre amplement notre Revue de presse sur la mauvaise gestion de l'informatique au sein de l'État québécois...

Méga demande d'accès à l'information sur l'état du logiciel libre au sein de l'État québécoisModifier

Les conclusions de la méga demande de 2017 sont en ligne depuis l'été 2018, mais principalement faute de temps, rien n'a été formellement entrepris pour en faire la diffusion dans les médias.

Dossiers et revues de presseModifier

Voir le contenu des catégories suivantes :

Rencontres et échangesModifier

  • 7 juillet 2018 - FACiL expédie par courriel à Hélène David, ministre de l'Enseignement supérieur, et Sébastien Proulx, ministre de l'Éducation, des copies de ses commentaires critiques sur le Plan d'action numérique en éducation et en enseignement supérieur présenté le 30 mai 2018.
  • 11 juillet 2018 - Deux membres du conseil d'administration de FACiL (Mathieu GP, président, et Pascaline G, vice-présidente), rencontrent Guy Amyot, directeur adjoint au Cabinet du chef de l'opposition officielle Jean-François Lisée, Michelle Blanc, candidate péquiste aux élections dans la circonscription de Mercier, ainsi qu'un recherchiste présent par conférence téléphonique travaillant pour Mireille Jean, candidate péquiste aux élections dans Chicoutimi. La rencontre a lieu à Montréal dans les bureaux du Chef de l'opposition officielle. FACiL leur remet en main propre un document qui résume les actions que FACiL juge les plus utiles au progrès de l’informatique libre dans la société québécoise en général et dans le secteur public en particulier.
  • 11-12-13 août 2018 - L'édition PDF du document remis en main propre au Parti québécois est envoyé par courriel aux autres partis politiques qui n'ont pas répondu positivement ou pas répondu du tout aux demandes de rencontre de FACiL.
  • 16 août 2018 - FACiL soumet ses questions sur les enjeux et les défis du numérique aux quatre principaux partis (PLQ, QS, PQ, CAQ) ainsi qu'à trois autres encore (PVQ, NPDQ, PCQ).
  • 20 août 2018 - FACiL lance sa campagne du Pacte du logiciel libre pour les élections générales québécoises de 2018[3] et en profite quelques jours plus tard pour relancer par courriel les partis politiques au sujet de ses questions sur les enjeux et les défis du numérique.
  • 28 août 2018 - FACiL écrit par courriel aux partis politiques pour leur communiquer son protocole et son calendrier de communication lors de la campagne.
  • sept.-oct. 2018 - Plusieurs relances sont effectuées par FACiL auprès des partis politiques pour les inciter à se dépêcher à faire signer le Pacte du logiciel libre par leur candidat.e.s aux élections et à répondre aux questions sur les enjeux et les défis du numérique.
  • 3 décembre 2018 - Des demandes de rencontre sont envoyées par courriel aux signataires du Pacte du logiciel libre de FACiL et à Québec solidaire, à Éric Caire, nouveau ministre québécois de la Transformation numérique gouvernementale, et à Jean-François Roberge, nouveau ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. Aucune des demandes n'a aboutie, malgré des relances en janvier et mars 2019.
  • 11 au 25 avril 2019 - Le président de FACiL, Mathieu GP, a participé à la consultation en ligne sur la «transformation numérique» du gouvernement et des services publics du Québec[4].

NotesModifier